Table des matières Scilab

Équation de diffusion thermique

1. Introduction

On considère un système à une dimension où la température T est fonction d'une abscisse rectiligne x et du temps t. On note λ la conductivité thermique du matériau (supposée uniforme et constante), ρ la masse volumique, c la capacité thermique massique (à pression constante pour les gaz). On prend en compte une éventuelle dissipation électrique ou chimique, en définissant une puissance dégagée par unité de volume, notée σ(x).

La loi de Fourier de la conduction thermique relie la densité surfacique de flux thermique au gradient de température :

La figure suivante donne les ordres de grandeur des conductivités

figConduThermique.svgFigure pleine page

La conservation de l'énergie s'écrit :

On obtient ainsi l'équation de diffusion thermique, appelée aussi équation de la chaleur :

Le coefficient de diffusion thermique est

Materiauλ (W/m/K)ρ (kg/m3)c (J/K/kg)D (m2/s)
Aluminium23727008979.8e-05
Fer80.278704492.3e-05
Tungsten174193001326.8e-05
Eau(l)0.61100041801.5e-07
Eau(s)2.291720501.2e-06
Azote(g)0.0261.1510402.2e-05
Silice1.422007039e-07

2. Conduction dans une plaque

On considère une plaque (perpendiculaire à l'axe x) de conductivité thermique uniforme, soumise en x=0 à une température constante T=T0 et en x=1 à une température constante T=T1. Il n'y a aucune source thermique dans la plaque. Initialement la température est égale à T0 sur l'intervalle [0,1].

On pose

La fonction Y(x,t) vérifie l'équation de diffusion. Pour le calcul numérique, on pose D=1. Le module de calcul est défini ici.

getf('../../../../srcdoc/numerique/diffusion/scilab/equationDiffusion1D.sci');
N=100;   
X=linspace(0,1,N).';
Y=zeros(N,1);
S=zeros(N,1);
coef=[[1,1]];        
t=0;
[Y1,t]=diffusion(N,'dirichlet',1,'dirichlet',0,coef,S,Y,t,0.0001,0.001);
[Y2,t]=diffusion(N,'dirichlet',1,'dirichlet',0,coef,S,Y1,t,0.001,0.01);
[Y3,t]=diffusion(N,'dirichlet',1,'dirichlet',0,coef,S,Y2,t,0.01,0.1);
[Y4,t]=diffusion(N,'dirichlet',1,'dirichlet',0,coef,S,Y3,t,0.1,1);
        
figPlotA.svgFigure pleine page

On constate que le temps d'établissement du régime stationnaire est environ t=1. Pour une plaque d'épaisseur e et un coefficient de diffusion D, ce temps est

Ci-dessous le tracé de τ en fonction de e pour la silice.

e=logspace(-6,-1,100).';
D=1e-6;
tau=e^2/D;
         
figPlotB.svgFigure pleine page

3. Échange thermique entre deux corps

Deux corps sont à deux températures différentes. On les met en contact à l'instant t=0. La conduction thermique au contact est généralement moins bonne que dans les corps. Il y a dans ce cas une résistance de contact à prendre en compte. Pour la modéliser, on introduit une couche intermédiaire de conductivité plus faible. L'ensemble forme un système isolé. La condition limite sur les bords est donc un flux thermique nul.

N=500;
Y=zeros(N,1);
X=linspace(0,1,N).';
for j=1:int(N/2),
    Y(j)=1;
end;
S=zeros(N,1);
coef=[[0.45,1];[0.55,0.1];[1,1]];
t=0;
[Y1,t]=diffusion(N,'neumann',0,'neumann',0,coef,S,Y,t,0.00001,0.001);
[Y2,t]=diffusion(N,'neumann',0,'neumann',0,coef,S,Y1,t,0.001,0.01);
[Y3,t]=diffusion(N,'neumann',0,'neumann',0,coef,S,Y2,t,0.01,0.1);
[Y4,t]=diffusion(N,'neumann',0,'neumann',0,coef,S,Y3,t,0.1,1);
             
figPlotC.svgFigure pleine page

Considérons le cas où l'un des corps (le plus chaud) a une taille beaucoup plus grande que le second. Cette fois-ci, on néglige la résistance de contact. Le corps chaud s'étend sur l'intervalle [0,0.99].

N=1000;
Y=zeros(N,1);
X=linspace(0,1,N).';
for j=1:int(N*0.99),
    Y(j)=1;
end;
S=zeros(N,1);
coef=[[1,1]];
t=0;
[Y1,t]=diffusion(N,'neumann',0,'neumann',0,coef,S,Y,t,0.0000001,0.00001);
[Y2,t]=diffusion(N,'neumann',0,'neumann',0,coef,S,Y1,t,0.00001,0.0001);
[Y3,t]=diffusion(N,'neumann',0,'neumann',0,coef,S,Y2,t,0.0001,0.001);
[Y4,t]=diffusion(N,'neumann',0,'neumann',0,coef,S,Y3,t,0.001,0.01);
[Y5,t]=diffusion(N,'neumann',0,'neumann',0,coef,S,Y4,t,0.01,0.1);
             
figPlotD.svgFigure pleine page

On constate que la température finale est très proche de celle du corps chaud (Y=1). Celui-ci se comporte comme un thermostat vis à vis du petit. Pendant la transformation, le gradient de température est présent aussi bien dans le petit que dans le grand. À partir de t=0.001, il n'y a pratiquement plus de gradient dans le petit corps.

Creative Commons LicenseTextes et figures sont mis à disposition sous contrat Creative Commons.